Perverse rencontre

MIRACLE OU MIRAGE

De Palmas - Il faut qu'on s'batte

Voici l'histoire d'un mec moitié homme moitié saint Bernard, et d'une femme mi déesse mi démon.

Il me paraît essentiel avant toute chose de préciser que le but de la narration qui va suivre n'est pas d'accuser ou d'accabler de quelque manière que ce soit la personne avec qui j'ai vécu cette fabuleuse mais destructrice liaison, mais bel et bien de tenter d'expliquer ce qu'engendre ce genre de relation, et surtout ce qui en résulte ( Dans la plupart des cas ).

 

MARS 2011.

Il y a de cela cinq ans sur mon lieu de travail,( qui était aussi le sien ) une femme passe devant moi la tête légèrement baissée, et en la regardant je constate qu'elle a les yeux embués de larmes. ( je la connaissais déjà depuis quelques années pour avoir eu avec elle de très rares et furtifs échanges verbaux sans importance, et à ce propos je m'étais confié à un de mes collègues en lui disant que je sentais que chez cette femme, quelque chose clochait ). C'était juste un ressenti, sans jugement particulier.  Prémonition ?! La suite me prouva que oui !...  

Bref, l'évidence a voulu que je lui demande ce qui se passait, et pourquoi cette tristesse ? Elle me répondit dans un premier temps qu'elle ne désirait pas en parler. Et moi de lui rétorquer, je pense que ton état dissimule un problème de couple, un décès ou un truc du genre. Et voilà qu'elle me confie n'avoir plus confiance aux hommes parce que son mari m'affirmait elle, venait de la tromper. A ce moment précis, je me souviens avoir ressenti une certaine empathie, et par là même partagé sa peine. Je lui propose alors si elle le désirait, d'en parler, mais hors contexte travail. Elle accepta, et   le vendredi suivant, nous sommes allés boire un verre sur une terrasse d'un bistrot au bord du lac Léman à Bellevue. Il faisait froid la nuit commençait à tomber en cette fin d'hiver.  Mon premier geste à été de la couvrir de ma veste et de l'entourer de mon écharpe.

Et voici son récit.

Me dit-elle, j'ai lu dans le portable de mon mari plusieurs messages compromettants en relation avec une de ses collègues de travail, et je suis certaine qu'il entretien une liaison avec cette dernière ! J' ai donc pris la décision de me séparer de lui il y a deux mois.

 

Après tout ce que j'ai fait pour lui, je le trouve ordurier d'agir de la sorte. Je lui ai donné dix ans de ma vie et lui ai payé une grande partie de ses études, et c'est grâce à moi si il est ce qu'il est devenu aujourd'hui !!! Il m'écoeure et me dégoûte!!! ( je reprends ses termes exacts )

En entendant sa colère, je tentais de lui faire admettre que de mettre en péril des années de mariage qui plus est avec deux enfants en bas âge issus de cette union, sans preuves autres que quelques messages était risqué, et qu'il serait opportun d'y réfléchir... Peut être fallait-il lui donner l'opportunité de s'expliquer clairement avant d'entrer dans les rouages de la justice ?!... Face à ma "logique" elle me parue dubitative et légèrement anxieuse. Je n'insistais pas, et puis de toute façon l'heure tournais vite et elle se devait de rentrer, la garde d'enfants attendait son retour. Le temps de la ramener vers sa voiture, elle me fit comprendre qu'elle aurait aimé que la soirée se prolonge. Sur le chemin du retour, ayant récupéré mon véhicule, je me posais bon nombre de questions et je décidais de l'appeler pour lui en faire part. Elle se mit en pétard, car m'exprimait-elle avoir ressenti une certaine ambiguïté entre nous, (elle avait sans doute raison) et qu'en rapport avec ça, elle se sentait mal.

Le lendemain matin, je reçois un coup de téléphone. C'était elle, pour m'annoncer qu'elle était en route pour retrouver son mari afin d'éclaicir cette situation sur mes conseils. Je n'étais pas peu fier de mon "pouvoir" de persuasion de la veille, et me souviens très précisément avoir pensé à ce moment là, (dés qu'elle eut raccroché) que je pouvais désormais passer à autre chose, et que le problème était réglé. Tout au moins je le croyais. 

                                                                                                                                                     

Ce même jour, 15h environ, un appel !? En voyant son numéro, un mauvais pressentiment m'envahit. Allô c'est moi, cet espèce de ?!??!!!?!! (je vous passe les noms d'oiseaux), n'a pas voulu avouer quoi que ce soit, et en plus, il prétend que c'est juste une amie et qu'il est hors de question pour lui de mettre un terme à cette amitié !!! S'en suit immédiatement une proposition de sa part cette fois avec un: Viens me chercher stp, je veux passer le week end avec toi ! Je ne veux plus jamais entendre parler de ce mec !!! Je savais dés lors que......... enfin vous avez compris quoi !...

Bon ben, me voilà parti pour . . . . . les emmerdes !... Une femme mariée !? Moi avec une nana mariée ?! Je m'étais toujours dis que jamais je n'entamerais une relation avec une personne baguée, je me persuadais donc de garder cette ligne de conduite, quoi qu'il m'en coûte. Je veux dire, même pour une très belle femme, et c'était bien sur le cas. Il fallait que je lutte contre moi même. Je ne suis ma foi qu'un humain.....qui plus est un homme.

Ma mère, il faut le dire, m'avait inculqué certains principes. Bien sur ce n'est pas pour autant que ma vie à été sans taches, ayant vécu même par le passé en dehors des cases imposées par les lois. J'ai d'ailleurs payé cher ces écarts, mais de là à sortir avec une fille unie par le sacré, non, non et non !...

Mais alors me direz vous, pourquoi accepter de la revoir ? Il aurait été bien plus simple de refuser !?... Oui théoriquement parlant. Seulement voilà, elle représentais pour moi un rêve, comme qui dirait un peu inaccessible. Elle était extrêmement bien gâtée par la nature, intelligente, et pas mal cultivée. Non non, je n'exagère en rien !... J'aurais préféré d'ailleurs qu'elle ne fut point propriétaire de ces options, cela m'aurait sans doute un tant soit peu facilité la tâche. Ben oui quoi, j'avoue sans honte que si elle avait été dépourvue d'atouts, surtout ceux là, faire fonctionner mon libre arbitre aurait été bien moins compliqué... 

AVRIL 2011

Nous voici arrivé à ce fameux week end. C'était un vendredi en fin d'après midi, j'avais pour l'occasion terminé le travail un peu plus tôt. J'allais la chercher non loin de là, elle était en avance et m'attendait. Elle retira du coffre de sa voiture un sac et pris place dans la mienne. Elle était radieuse, m'esquissant un sourire en même temps qu'elle m'enlaçait.

Quoique troublé, et voyant que ce que je m'étais interdit allait arriver, je me ressaisis et lui parle sans ambages de ce qui me préoccupait (le fait qu'elle soit mariée). Sa réaction fut immédiate: - Me dit-elle, non seulement mon mari et moi avons signés un document certifiant que nous sommes séparés officiellement, mais en plus, je vais demander le divorce !... Et d'ajouter: - Je ne reviendrais pas en arrière, ma décision est prise !...

Evidemment là je restais sans voix!...Ma conscience fut apaisée d'un coup d'un seul !... Etait-elle de la trempe de ces femmes prêtes à tout pour vivre un nouvel amour, en ayant la faculté incroyable d'occulter dix ans de vie commune en quelques semaines ??!!

Je n'avais jamais vu une telle détermination. Ses mots sonnaient comme une vérité absolue. Il ne me paru pas possible à ce moment là de la contredire. Et pourtant, j'aurais du...attendez la suite.

Son langage m'avait tellement convaincu que j'en oubliais mon ressenti passé,( Souvenez vous, j'écris au début que j'avais senti que chez cette femme quelque chose clochait ) en me disant qu'après tout, les intuitions peuvent parfois être trompeuses...

Nous voici arrivés à bon port, un restaurant (la pécherie) au bord du lac Léman à Allaman. Petit village côtier de la riviéra vaudoise qui propose quelques spécialités, dont les filets de Perches très bons par ailleurs. Il restait juste une table pour deux qui nous attendais, presque les pieds dans l'eau. Oui dans ces cas là les souvenirs sont précis, allez savoir pourquoi !?...

Malgré une terrasse bondée de dégustateurs (trices), nous nous sentions seuls au monde. La Lune avait pris ses quartiers et reflétait sur l'eau des lueurs clairs-obscurs à faire pâlir d'envie les plus grands poètes en manque d'inspiration.

J'étais captivé par ce panorama, mais encore bien davantage par son regard... Profond, sensuel, presque érotique. Sa main serrait la mienne. Avez vous déjà vécu ce genre de moment qui fait que vous ressentez qu'il vous sera impossible de faire machine arrière ?...

Nous discutâmes de tout en évitant les sujets rugueux, pour elle surtout. Elle était radieuse, ses longs cheveux noirs caressaient ses joues. Elle dégageait un charme méditerranéen à faire tomber le plus résistant des hommes.

A partir de ce moment là, il ne m'était plus possible de faire marche arrière, absolument impossible. Inutile de vous préciser pourquoi.

A cette époque, j'étais propriétaire d'une caravane assez luxueuse et confortable, (ouh le prétentieux) située non loin d'ou nous étions, et elle fut d'accord pour y aller. Je me souviens d'une nuit sublime ou l'extase était reine. Nous étions en harmonie totale, et pour rester dans la délicatesse érotique, je vous dirais que j'ai eu la sensation de frôler l'orée du paradis. Malheureusement ou fort heureusement, les écrits ne peuvent à eux seuls tout expliquer, mais nul doute que votre imagination ne traduise mieux que je ne puisse le faire par des mots les détails d'une telle nuit... C'est une magie qui ne se dévoile et ne se raconte pas.

Le lendemain, je la raccompagnais chez elle, et je pris de suite la décision de quitter ma compagne.(J'étais avec elle depuis onze ans) Pendant les trois semaines qui suivirent nous nous voyons régulièrement. Tout était parfait. Elle m'offrait sur un plateau ce dont je rêvais depuis longtemps.

Elle avait pris la sage décision de ne pas me présenter à ses enfants, pour éviter de les perturber, et j'étais bien sur entiérement en accord avec cela. Je trouvais même cette vision des choses empreinte de respect.

DU PARADIS A "L'ENFER"

 

En cet fin d'avril, le printemps était doux et laissait des traînes d'effluves aux multiples parfums voyager au gré du vent. Mon téléphone sonne. C'était elle. Le rêve de ma vie me demande si l'on peut se voir dans le parc situé juste à côté de notre lieu de travail vers midi. Tu parles que j'accepte !... A l'heure dite, je m'y rend et constate en la voyant que quelque chose ne va pas.

Elle était presque méconnaissable tant elle avait les traits de visage tirés, et qui lui conférait une tristesse indescriptible.

Je m'approche encore plus près, et là d'un geste lent mais ferme  elle me repousse et me dit qu'elle regrette notre liaison?!!.. Qu'elle ressent de la culpabilité, et que finalement après réflexion son mari ne l'a peut être pas trompé?!!... Elle ajoute que même si c'était le cas, ce n'est pas si grave, et qu'elle serait prête à lui pardonner??!! Qu'elle veut sauver son mariage??!! Etc,etc,etc...

Je crois être devenu blême d'un seul coup ! J'avais mal, et je sentais qu'il me fallait trouver immédiatement un remède pour ne pas fléchir ! Passer de la beauté à la destruction en un clin d'oeil, ce n'était tout simplement pas possible !!! (je savais trop bien ce que cela représentais pour l'avoir déjà vécu par le passé)

Je quittais les lieux d'un pas rapide complètement dépité. Il fallait que je parte ! Mes jambes ne me soutenait plus.

Ceux qui ont vécus ce genre de situation savent que je n'exagère pas. Il faut dire que pendant ces trois dernières semaines, elle m'avait tenu des langages de sincérité, d'authenticité, d'amour....et de promesses, ces derniers presque toujours tenus dans des contextes de cadres idylliques (lacs, forêts, cascades, restaurants romantiques, hôtels, et j'en passe). Tout ça les yeux dans les yeux ! Je suppose pour faire un état de comparaison, que même si elle s'était frotté à un détecteur de mensonge, elle l'aurait berné !

Je sais que certains d'entre vous se disent (parce que vous ne la connaissez pas) qu'après tout, elle a pu réellement être en soudaine confrontation avec sa conscience, et par là même ressentir de la culpabilité ?... J'admets moi aussi avec aisance et empathie pouvoir comprendre les remords d'une personne, qui plus est une maman qui voit sa vie chamboulée....

Je suis par souci d'humanité d'accord avec tout ceci, mais il n'empêche que ce qui est fait, est fait !... De plus, je l'avais mis en garde ! Souvenez vous de mes écrits du début. 

Je veux aussi dire que même si je ne suis qu' un homme, et qu'il se peut que face à une très jolie femme, je puisse ressentir des envies,( ce qui était sans doute le cas pour ne pas mentir) j'aurais pu "sans trop de difficulté" passer outre, mais il y a certaines limites à la résistance humaine (surtout chez un homme) qu'il vaut mieux ne pas dépasser, et je pense à ce propos pouvoir me permettre d'affirmer qu'elle savait pertinemment ce qu'elle faisait en me rappelant.

Evidemment, vous vous dites : Il aurait pu dire encore une fois non à ses "avances"! Oui j'aurais pu, c'est vrai... Mais voilà, facile à dire !... Et je voudrais vous y voir....

Bref, revenons en aux faits. Une fois parti, j'ai lutté de toutes mes forces contre mes sentiments, et pour ce faire j'ai pris la décision de cesser tous contacts. Je savais que la tâche serait rude étant donné que nous nous croisions souvent au travail, mais j'échaffaudais déjà un plan pour éviter cela tant que possible.

Je vous passe les détails sur mon état psychologique pendant les jours qui suivirent. Lamentable !...

Deux jours après, ben ne voilà pas qu'elle me rappelle en me disant qu'elle était complètement perdue. Elle désirait me parler. Comme le con que je suis, j'accepte, et me revoilà reparti dans un sac de noeuds ! Le pire, c'est que "je savais"(enfin je suppose) que j'allais probablement m'embourber, mais paradoxalement, je me disais aussi que mes intuitions étaient peut être fausses, que je me trompais ?!... A cela s'ajoute l' amour que je ressentais pour cette femme.

Toujours est-il que cela m'arrangeait qu'elle reprenne contact. C'était, il me faut l'avouer une bouée d'oxygéne , une solution de facilité!... Et puis je l'aimais déjà.... Je ne disposais pas à ce moment précis d'une force mentale suffisante pour réfléchir objectivement.

Et puis vînt ce fameux moment ou je me suis dit que finalement ben........., je devais être un peu responsable de son état !?.... Que j'étais de toute évidence fautif dans la mesure ou j'avais accepté d'entamer cette relation illusoire !?...

Nous voilà donc installés devant une excellente table d'un de ces restaurants qui font la fierté de la France,(le Chalet Regain au centre du village des rousses pour ne pas le citer) situé à deux kilomètres de la frontière Suisse côté France. Un cadre idyllique qui vaut le détour, une cuisine de haute volée réalisée avec le plus grand soin et de surcroît avec des ingrédients d'une qualité frôlant l'exeptionnel. D'ailleurs le boss et le cuisinier sont devenus avec le temps des intimes, à tel point que j'y vais assez régulièrement encore aujourd'hui. Je vous le conseille d'ailleurs vivement si vous passez par le jura, vous ne risquez point d'être décus...

Ce n'étais pas la première fois que nous nous rendions dans ce lieu romantique à souhait, elle était radieuse, fraîche et belle...comme si rien ne s'était passé... Etonnamment, elle ne m'a parlé que très peu de ce qui la perturbait, mais en revanche beaucoup plus sur ce qu' elle désirait. Que je lui avait manqué, qu'elle avait irrésistiblement envie de moi. (et moi donc?!)

Elle ne me caressait pas seulement du regard si vous voyez ce que je veux dire. C'était on ne plus agréable, mais diable, ou donc était passé cette culpabilité dévorante évoquée quelques jours auparavant !? Sa théorie sur son mari qui ne l'avait peut être pas trompé !? Son mariage qu'elle voulait à tout prix sauver !? Bien sur, elle m'en avait touché deux ou trois mots, pour en arriver à la "conclusion" que finalement son mari avait une liaison!!!???.. Qu'elle m'aimait, et qu'elle avait la nette sensation d'avoir perdu me disait-elle des années avec un homme qui ne la désirait presque plus!!??.. Et puis comme si cela représentait une vérité absolue, elle a cru bon nécessaire d'ajouter, je cite : Je crois que moi aussi je ne l'ai pas vraiment aimé!!??

J'y ai cru. Je vous avais prévenu que j'étais con !... C'est pas une preuve ça !?...

Malgré ces (ses) contradictions que seul un sourd ne comprendrais pas, j'étais bien, au delà du raisonnable, je la regardais, la contemplais même, lui rendais au centuple ses gestes tendres. L'évidence voulue que la soirée dure encore et encore....Je n'en dévoilerais pas les tenants et le reste par discrétion, mais ce fut bien, beau, et bon. De la volupté sans limites...

Les deux mois qui suivirent furent entachés de trés hauts, de bien bas, de oui, de non, de je t'aime, je ne t'aime plus, etc, etc..

J'ai connu ses enfants par la suite, et je commençais à m'attacher à eux, mais sans prendre la place de leur papa. Je m'étais mis un point d'honneur à respecter cela, et d'ailleurs je ne me le serais jamais permis. Mais là encore, problème ! Un jour je m'en occupais trop, un autre je jouais plus que de nécessaire avec eux. J'ai compris par la suite qu' elle voulait que je monopolise mon attention sur elle, et qu'elle était jalouse de ses propres enfants. Oui vous avez bien lu ! Elle ne me l'a avoué que beaucoup plus tard. Bref, rien n'allait jamais quoi !

Elle a même un jour été jusqu'à utiliser une forme de chantage en me disant que je ne les verrais plus, comme ça d'un coup sans que je sache vraiment pourquoi !? Et puis parfois elle m'octroyait le droit de les revoir alors que je ne demandais rien. 

Je n'ai jamais vraiment saisi pour quelles raisons elle agissait de la sorte sinon que celles citées plus haut, à moins que son passé difficile, (d'après ses dires, une relation difficile avec son père) y soit pour quelque chose, mais toujours est-il que je ressentais le besoin de comprendre.

Et puis un mariage qui foire, deux enfants, les tâches ménagères, la crèche, le travail etc, etc..., pas facile tout ça!... Il était dés lors logique que je sois saisi d'une empathie toute particulière. Après tout l'amour c'est ça non!?...

Tant bien que mal, j'essayais de tout faire pour la contenter, la satisfaire, mais malgré mes efforts rien n'y faisait sauf pour de très courts moments. Parfois pendant quelques jours, une semaine au plus, elle était pétillante et respirait la joie de vivre, et le lendemain, tout changeait. Pour exemple, elle pouvait un soir parler dans un langage gracieux et clair et le soir suivant être dans un tel état, que les mots qu'elle échangeait avec moi étaient sans commune mesure avec ceux de la veille. 

Il arrivait aussi de temps à autre que ce paradoxe se produise à quelques heures d'intervalle seulement.

Maintenant, je vais vous la faire un peu plus en mode rapide. Pourquoi, ben.....parce que cette histoire qui a durée 15 mois, n'a été ponctuée que des mêmes styles de scénarios à peu de choses prés, et qu'il serait donc inutile de les ressasser. Mais je crois qu'il est juste d'ajouter quelques détails comme des insultes de sa part, (que je lui rendais comme un con pour ne pas changer) des vexations sur mon âge et mes rides (j'avais 12 ans de plus qu'elle) etc, etc.....

15 mois de galère, de pression presque sans interruption, de mensonges, et peut être de manipulation. Quoi que pour cette dernière, j' emets un doute personnel, car ce mode de pensée est à la mode, et depuis quelques années il est employé à toutes les sauces, alors je m'en méfie un peu. Peut- être est ce juste une question de réthorique.

LA FIN... Juin 2012

 

Arriva ce qui devait arriver, mais qui n'aurait pas du. Ce fameux 27 juin, jour de la fermeture annuelle de l'entreprise. Je la rejoins à sa demande pour boire un café et discuter un petit moment. Elle n'est pas tout de suite présente, et me retrouve 5 minutes après mon arrivée. Une fois de plus je constate qu'elle n'est pas dans un état normal, elle a le visage sombre ( le matin même, je lui avait parlé au tél, et elle avait l'air heureuse, son discours respirait le bonheur). Evidemment, je lui demande ce qui pose problème? Elle me répond sans détour que finalement je ne suis pas un homme pour elle !!?? Qu'elle regrette d'avoir quitté son mari pour moi!!?? ( A ce propos je doute qu'elle l'ai réellement fait un jour ou si peu). Bref, toute une avalanche de reproches sans fondements, basés une fois de plus sur son déséquilibre psychologique. Face à cet amoncellement de n'importe quoi, je commence à perdre patience et lui somme sur un ton très ferme d'arrêter ces stupidités! Je lui fit comprendre qu'il y avait une manière simple de stopper ce merdier ! Nous séparer ! Elle me répondit que ce n'était pas si simple!? Réponse incompréhensible pour moi. Bref, elle continue, je l'affronte, et la je ne me contrôle plus et la gifle !

Je quittais les lieux immédiatement, complètement désemparé, regrettant déjà de n'avoir pas su garder mon sang froid. Manque de réflexion, d'intelligence, de sagesse?.. Je me souviens très précisément avoir ressenti une immense colère envers moi même. Un homme ne devrait jamais agir de la sorte, jamais !...

Toujours est-il qu'après mon départ, elle s'est plainte à une collègue de travail qui passait par la par hasard, en lui racontant au passage des insanités et des mensonges sur mon compte, (je l'ai appris plus tard) et par évidence, cette mésaventure est arrivée aux oreilles de la direction qui m'a licencié quelques jours plus tard... Ce jour a été le dernier de notre relation.

J'aurais pu garder ma place au sein de l'entreprise en mentant, mais je ne l'ai pas fait pour assumer mon geste, et aussi parce que j'estimais peut être stupidement que c'était probablement le prix à payer !... A ce propos, je pense encore à l'heure d'aujourd'hui que ma hiérarchie a sans doute eu raison de prendre cette décision, et pour aller jusqu'au bout de mon raisonnement, j'imagine qu'à leur place j'aurais agi de la même manière...

Elle a peu de temps après subi le même sort, mais elle a pu finalement pu sauver sa place, et je me garde de savoir comment? D'ailleurs à ce propos, j'avoue que je n'aurais ressenti ni joie ni satisfaction à ce qu'elle se retrouve dans la même situation que moi. Après tout elle est maman de deux enfants... Je suis même content qu'elle ai pu continuer d'exercer, car hormis le caractère particulier de notre histoire, elle était très professionnelle. C'est un fait que je ne peux omettre.

Pendant ces 15 mois, j'ai sans aucun doute eu des tords, et c'est de toute façon d'une logique implacable, mais il y a une chose pour laquelle je ne serais pas modeste, c'est que je sais au plus profond de moi, que j'ai tout donné dans cette relation, absolument tout.... 

Ha oui j'oubliais un détail important !... Deux mois avant la fin de notre idylle, (avril) je décidais de mettre un terme à cette histoire par souci de sauvegarder mon patrimoine santé et psychologique. Je me sentais vide au point de ne plus avoir envie de rien. J'étais en DANGER je crois...de perdre la raison.

Je lui fit part de ma décision, et elle me demanda si j'étais sur de moi ??!! Me dit que j'étais un salaud et par dessus le marché, un lâche ?!

Ma décision était alors irrévocable, et pourtant je l'aimais plus que moi même. Je savais dés lors que j'en souffrirais beaucoup, que j'allais passer de mauvais moments, et que les forces qu'il me restait encore allaient faire pâle figure face à cette lutte personnelle qui se présentait aux portes de mon esprit.

Etonnamment, ce fut plus "aisé" que je ne l'imaginais, mais elle me manquait beaucoup, je me dois de l'avouer. Il faut dire que je m'étais réfugié dans le travail et le sport, mais que par chance j'avais avec moi des palliatifs de taille, une amie confidente féminine très à l'écoute et une autre plus qu' attentive que je remercie encore aujourd'hui. Sans oublier le boss du restaurant le chalet regain, un homme que je n'oublierais pas...

Et la un mois plus tard, ( fin mai) alors que j'étais sur une pente montante en mode "je commence à surmonter l'épreuve", je reçois un sms ?!... Je le lis abasourdi !...

- J'ai quitté mon mari deux jours après notre séparation, j'en ai marre de vivre pour les autres, j'ai conscience que les portes sont sans doute fermées puisque tu m'as quitté il y a un mois déjà, mais j'ai envie si cela est encore possible d'être heureuse avec toi....etc,etc.....  OUAHOU le message!!!???......

Vous ne seriez pas tombé dans le panneau? MOI SI !!!

Je l'appelle, et la le paradis vient à moi... Sans que je ne lui demande rien, elle me dit que cette fois elle m'apportera des preuves tellement concrètes, que j'aurais face à moi une femme complètement changée  !!??..

Il fallait être stupide pour y croire, et pourtant...

Je la retrouve le lendemain, elle se jette littéralement dans mes bras, m'embrasse, me serre.... Je ne perds pas le nord, et lui fait part aussitôt de ces fameuses preuves dont elle m'avait parlé la veille !? Changement de ton immédiat de sa part ! - Si tu ne me fais pas confiance me dit-elle, autant me déposer chez moi !!! Je m'empressais alors d'exécuter sa demande sans me poser plus de questions. C'était la goutte de trop ! Marre de ces conneries d'adolescents !!...

Pendant encore trois semaines nous avons navigués entre vents et marées jusqu'au jour fatidique de mon licenciement....

Je suis convaincu que chez ces gens gens la, aucune évolution n'est possible, et je pense que la souffrance de l'autre est leur nourriture. Pourquoi ressentir le désir malsain de vider ce qui est plein de vie, alors qu'elle aurait pu à loisir en tirer des bénéfices louables ?!..... J' aurais fait beaucoup pour elle et ses enfants. (ce que je faisais déjà d'ailleurs)

Je me trompe peut être, mais j'ai la sensation de m'être fait berner par une pure représentation de la méchanceté suprême enveloppée dans une vénus de milo... Y'en a pas que dans les musées et en plus elles bougent ! Si un jour vous en rencontrez une, ne lui prenez pas la main car elle vous conduira tout droit en enfer!..

Rassurez vous, au début vous passerez tout de même par la case paradis, mais cela vous semblera tellement court que ce sera bien piêtre consolation...

 

PARADOXE ULTIME

 

La résultante de tout ceci, même quatre ans après, c'est que je ne lui en ai jamais voulu, que je n'ai jamais ressenti de sentiment de haine, ni de rancune. Je suis sans doute né comme ça, je fuis ce qui ne me fait pas avancer. Toutefois il est vrai de dire qu'il me faut encore aujourd'hui me battre un peu pour retrouver ma sérénité d'avant. Le bon côté, c'est que je sens et sais à "coup sur" que la route n'est plus très longue...  Ca laisse forcément quelques traces un truc comme ça, mais ce n'est pas indélébile... Tout au moins, je me le souhaite...

Je n'ai fait ici que retranscrire la vérité, et encore je me suis gardé de vous narrer moults détails pour ne pas davantage assombrir l'histoire, elle l'est déjà assez comme ça, enfin à mon sens...

Ce que j'ai vécu je ne l'oublierais jamais, de même que les merveilleux moments, car parfois elle a été mon bout d' Eden. Je la remercie d'ailleurs pour ça... Hé oui c'est possible!...

J'ai aimé cette femme comme ce n'est pas permis d'aimer. J'ai accepté ses troubles, ses problèmes, ses contradictions incessantes, mais je ne peux m'empécher de me sentir responsable un tant soit peu.

Certains "spécialistes" en la matière affirment que ces gens la n'ont pas ou peu d'affect pour autrui, mais malgré tout il me plaît à penser qu'elle en avait un peu pour moi...même si.

Contre toute attente je me surprend parfois à imaginer que cette histoire aurait du être celle de ma vie. Il m'arrive même encore d'être objectif par rapport à ce passé (très rarement mais quand même).

J'ai aimé cette femme au delà de l'imaginable, et finalement je ne regrette rien sinon de n'avoir pas pu ou su l'aider...

J'ai vécu cette liaison"diabolique" et passionnelle de la manière la plus extrême qui soit, en prenant le risque de devenir fou ou presque. J'ai quitté cette femme malgré tout l'amour que je lui portait. En d'autres termes, j'ai sauvé ma santé et peut être ma vie... Les hôpitaux psychiatriques sont remplis de gens qui ont vécus des histoires semblables à la mienne, sans compter celles et ceux qui y ont laissés la vie par choix ou fatalité.

Comme je l'ai précisé au début, je n'ai pas écris dans le but de juger ou blâmer cette personne. Mes mots ne sont pas non plus dirigés vers un quelconque sentiment d'animosité, et encore moins de vengeance. D'ailleurs, elle a été ma plus belle histoire d'amour aussi destructrice fut-elle, et le restera sans doute. J'aurais juste aimé que nous réussissions la ou beaucoup d'autres ont échoués, et j'ai longtemps cru que j'étais plus fort que l'échec, mais j'ai du me rendre à l'évidence...

Je suis un sentimental qui ne s'ignore pas et le revendique. D'ailleurs ma machine à rêves fonctionne toujours. De plus j'habite très loin du désespoir, donc qui sait... C'est un peu subliminal et même bizarre ce que je viens d'écrire, mais comprendront ceux et celles qui le voudront bien...

Je ne suis même pas vraiment certain de me comprendre, mais j'ai une excuse sans faille!... Je ne suis pas écrivain... J'espére juste ne pas avoir écrit en vain....

 

Merci à vous tous d'avoir eu  la patience de me lire, et un grand merci à toi qui m'a fait vivre malgré tout des choses incomparables.., dont je ne soupçonnais pas même l'existence............

P-S

Depuis cette séparation, j'ai souvent du lutter contre des envies irrésistibles de la joindre, ou de l'appeler, et c'est d'ailleurs encore le cas aujourd'hui. Si je n'ai jamais passer le cap, c'est d'une part parce que je suis intimement persuadé qu' il n'y a aucune évolution possible, et d'autre part parce que j'ai toujours estimé que ce n'était pas à moi que revenait ce rôle. Ma résistance a été mise à rude épreuve, mais cela en valait la peine, car aujourd'hui je m'en sors haut la main, et même encore mieux qu'auparavant...

Malgré tout, j'aurais aimé et apprécié qu'elle reprenne contact pour discuter ouvertement de ce dysfonctionnement passé afin de tenter de comprendre quelle folie peut pousser un humain à en détruire un autre à ce point. Je ne me dédouane pas de mes propres défauts, mais je sais que j'ai donné le meilleur de moi même dans cette histoire. En tout cas j'ai essayé sans résultats de l'aider, de la "guérir".

Je dispose aujourd'hui d'un recul de plusieurs années pour finalement faire le constat suivant, c'est que ces gens là sont incapables d'aimer qui que ce soit, et que le plus grave au final, c'est qu'ils se détruisent en toute conscience.......

 

SAND59000

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    n                                                                                                                                                                             

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

 

Posté par sand59000 à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,